Vous êtes ici
Accueil > Actualité Geek > PS5 : moins puissante que la Xbox Series X mais plus rapide et immersive

PS5 : moins puissante que la Xbox Series X mais plus rapide et immersive

Aujourd’hui, pour la première fois, Sony s’est adressé directement aux joueurs et développeurs du monde entier pour parler de sa nouvelle console, la PlayStation 5. Le constructeur japonais n’a offert que quelques précisions techniques au sujet de ses performances.

Face à l’annulation inattendue de la Game Developers Conference de San Francisco suite à l’évolution menaçante de l’épidémie de COVID-19, Sony a secrètement reporté sa première présentation officielle de sa nouvelle console, la PlayStation 5. Aujourd’hui, en direct sur YouTube (voir ci-dessus), le constructeur japonais – par le biais du directeur “hardware” du projet, Mark Cerny – a enfin détaillé les spécificités technologiques et les caractéristiques techniques de cette dernière. Si le leit motiv de sa future concurrente, Xbox (Series X), est la puissance, le sien est définitivement l’optimisation.

Rentabilité et optimisation

Mark Cerny affirme avoir rencontré plus d’une centaine de personnes, d’environ 24 studios de développement vidéoludique à travers le monde pour concevoir la console la plus optimisée pour le jeu-vidéo de neuvième génération. La demande prioritaire des développeurs aurait été de passer du disque dur, HDD, au plus rapide et compressé SSD. La PS5 aura donc un SSD de 825 Gb, d’une rapidité moyenne de 5,5 Gb par seconde, doté d’un contrôleur de mémoire flash et d’un décompresseur customisés. Accompagné d’une mémoire RAM de 16 Gb, il sera capable de charger 2 Gb de mémoire – lors d’un lancement de jeu ou d’un temps de chargement – en exactement 0,27 secondes. A titre de comparaison, le disque dur de la PS4 Pro n’arrivait à charger que 1 Gb en 20 secondes. Mark Cerny indique que la mémoire vive a été aussi conçue de sorte à être plus rentable dans la gestion de la génération des textures en temps réel.

Le directeur de projet souligne que Sony s’est lancé officiellement dans une collaboration technologique avec AMD, notamment pour la conception du GPU de la prochaine PS5. Après “des années de travail”, AMD est parvenu à lui proposer un GPU RDNA 2 de 10,3 téraflops, pour une fréquence oscillant entre 2,23 GHz et 3,5 GHz. Mark Cerny en a profité pour placer une petite pic à la concurrence en remarquant que le nombre de téraflops n’avait pas tant d’importance dans “l’évaluation de la performance” d’une machine. Il a indiqué que, si la technologie est bien nouvelle, elle devrait rester assez familière du point de vue des développeurs : ces derniers ne devraient mettre, a priori, qu’un à deux mois pour s’y adapter (contre près d’un an, pour le développement d’un jeu sur PS3). La consommation d’énergie du GPU a été finement réglée afin qu’elle soit la même, et donc qu’il produise la même chaleur et le même bruit, quel que soit le jeu lancé.

Enfin, la rétrocompatibilité totale n’a toujours pas été promise. Dans son allocution, Mark Cerny a simplement précisé que le GPU traitera les jeux-vidéo selon plusieurs modes : PS5, en mode natif, et PS4 Pro ou PS4 en option. Il a insisté sur ce point en affirmant qu’une “centaine des meilleurs jeux du catalogue de la précédente génération seront jouables sur PS5 au lancement” de cette dernière.

  • Processeur : CPU Zen 2 huit cœurs pour une fréquence de 3,5 GHz
  • Carte graphique : GPU RDNA 2 customisé par AMD, de 10,28 Téraflops et d’une fréquence de 2,23 GHz
  • Mémoire vive : 16 Gb (GDDR6)
  • Stockage interne : SSD NVMe de 8235 Gb customisé pour une gestion des données à 5,5 Gb/s
  • Stockage externe, via disque dur externe en USB
  • Lecteur optique Blu-Ray 4K

L’appui sur l’immersion

Mark Cerny a aussi souligné plusieurs nouveautés graphiques  – qui resteront facultatives lors du développement d’un jeu, pour ne pas contraindre les créateurs. Il s’est notamment concentré sur le Ray-tracing, qui devrait améliorer la lumière, les ombres et les effets de réflexion, ainsi que l’audio. Enfin, la PS5 devrait se spécialiser dans l’immersion vidéoludique par le son. “Un jeu paraît mort sans une dimension audio”, a déclaré le directeur de projet. Ainsi, Sony a créé, tout spécialement pour la PS5, le moteur audio Tempest 3D AudioTech qui est censé accentuer “l’intensité d’une expérience” de jeu. Les développeurs pourront paramétrer jusqu’à 100 sources multi-dimensionnelles de son différentes pour permettre au joueur de localiser un bruit à l’endroit exact (et pas juste son orientation) d’où il provient dans le monde virtuel. L’idée aussi, pour Sony, est de proposer une “bonne qualité audio pour tous”, afin de ne pas créer d’inégalité selon l’équipement des joueurs. Fort de ces informations, il semble qu’il faudra encore attendre un certains temps avant que la console, à proprement parler, se dévoile.

Laisser un commentaire

Top