Vous êtes ici
Accueil > DBZ/DBS > Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019

Le projet spécial présenté par le site officiel de Dragon Ball continue. « Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama », une section qui contient des documents rares concernant le maître Toriyama, des interviews, des illustrations, la conception de personnages et autres. Cette section est mise à jour tous les jours, mais conserve le contenu proposé pour seulement 24 heures.

Retrouvez jours après jours, toutes les œuvres de Toriyama sur notre site via ce lien unique : Œuvres de Akira Toriyama.

Au programme cette semaine : Hetappi Manga Kenkyūjo, Dragon Ball, Dragon Quest VIII, Pink !!!

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019

25 novembre 2019 – Hetappi Manga Kenkyūjo

Le post du 25 novembre nous ramène à août 1982 pour la sortie du numéro spécial d’octobre 1982 du Fresh Jump. Ce numéro apportait une rubrique spéciale « Hetappi Manga Kenkyūjo » (ヘタッピマンガ研究所, Hetappi Manga Laboratory), dans laquelle un jeune artiste veut apprendre tous les secrets de création d’un manga. Ce dernier ayant comme guide : Akira Toriyama ou plutôt son Tori-bot.

Toriyama étant encore au beau milieu de la sérialisation de Dr Slump, la première leçon donnée par Toriyama-sensei utilise la figure de son protagoniste Aralé Norimaki pour expliquer comment la création de personnage est née et s’est perfectionnée. Toriyama spécifie en particulier qu’un personnage, pour se démarquer réellement aux yeux du lecteur, a besoin d’une ou de plusieurs caractéristiques distinctives. Par exemple, l’une des premières idées d’Aralé la voyait comme une fille simple et maniérée, avec ses cheveux et ses vêtements parfaitement en ordre; une image totalement opposée au robot foufou que nous connaissons aujourd’hui et dont nous nous souvenons avec affection.

Apprenti Mangaka
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – Apprenti Mangaka

Ces histoires ont été ramenés en volume le 10 mai 1985 et la sortie au Japon du spécial « Hetappi Manga Kenkyūjo » (鳥山明のHETAPPIマンガ研究所 あなたも 漫画家になれる!- « Vous aussi, vous pouvez devenir dessinateur avec l’ennuyeuse école d’Akira Toriyama !), un guide pour apprendre à dessiner et à réaliser un manga, créé par Akira Toriyama en collaboration avec Akira Sakuma, un concepteur de jeux vidéo japonais connu pour être le créateur de la série Momotaro Densetsu. Le volume, en format Tankobon, rassemble les différents tutoriels publiés entre 1982 et mars 1984 dans le Fresh Jump. Chaque leçon se concentre sur un élément individuel comme apprendre à donner de la personnalité aux personnages ou à dessiner de belles femmes. Le site nous montre ici la couverture du livre.

Ce livre est sorti en 1997 chez Glénat sous l’appellation « l’apprenti mangaka ».

 

26 novembre 2019 – Dragon Ball

Le post du 26 novembre nous ramène au 10 septembre 1985 avec la parution au Japon du premier volume de l’édition tankōbon du manga Dragon Ball. Avec son titre simple « Son Gokû » (孫悟空と仲間たち), ce volume comprenait les chapitres 1 à 11, et nous montre l’arrivée de Bulma dans la vie de Son Gokû et les aventures de ces derniers vers la montagne du terrible Gyumaô (牛魔王, Gyūmaō).

Le site officiel nous montre ici l’image de couverture qui représente le désormais très connu Gokû chevauchant le dragon Shenron. Toriyama-sensei avait tendance a modifié l’apparence de ce dernier suivant le contexte dans lequel il se situait, avec un dragon sérieux ou au contraire beaucoup plus sympathique. Ici Shenron apparaît en miniature avec un design enfantin.

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 - Dragon Ball volume 1
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – Dragon Ball volume 1

Le premier volume de Dragon Ball s’ouvre comme d’habitude avec un message d’Akira Toriyama aux lecteurs et se termine par le coin spécial de M. Toriyama : une colonne dans laquelle le maître répond à certaines lettres des fans qui lui avaient été envoyées à l’époque. Ce “coin” était inclus dans les 12 premiers volumes.

ドラゴンボールの舞台は、なんとなく中国風ではありますが、とくに中国だという限定はしていません。時代も、いったいいつ頃なのか決めてありません。全体のストーリーは、簡単にはできていますが、細部やラストは、いきあたりばったりで作っていこうと思っています。その方が、ボク自身も、この先、どうしようか、というハラハラ感や、なにを描えがいてもいいわけですから、楽しめるのです。

Dragon Ball volume 1
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – Dragon Ball volume 1

La sérialisation des tankōbons Dragon Ball au Japon s’est développée de façon constante de 1985 à 1995 pour un total de 42 volumes. Ces derniers proposaient à nouveau les chapitres originaux sérialisés dans le Weekly Shonen Jump en niveaux de gris. La série a connu de multiples rééditions depuis au Japon et en France avec notamment la superbe Perfect Edition ou encore chez nous plus récemment avec la version Hachette Collection.

 

27 novembre 2018 – Dragon Quest VIII

Le post du 27 novembre nous ramène au 27 novembre 2004 et la sortie au Japon sur Playstation 2 (PS2) du jeu vidéo « Dragon Quest VIII : L’Odyssée du Roi Maudit (ラ ン ス VIII). Sky わ れ し 姫 君 – Le ciel, la mer, la terre et la princesse maudite). Produit par Square Enix et développé par Level 5 comme un RPG, DQVIII fait partie de la longue franchise des Dragon Quest et se trouve être le 8ème de l’histoire principale.

Le héros est le seul habitant d’un village à ne pas avoir été transformé par le sorcier Dhoulmagus, un bouffon maléfique qui s’est emparé du trésor du château, un sceptre magique. Le héros est sur les traces de Dhoulmagus avec son roi, Trode (transformé en monstre vert), et la princesse, Médéa (transformée en cheval), pour essayer d’inverser les transformations. Sur le chemin ils croisent Yangus, un voleur, qui essaie de les détrousser. Yangus rate son attaque et il manque de tomber dans un ravin, mais le héros le sauve : il décide alors de rejoindre le groupe. C’est à ce moment-là que le jeu commence, le joueur étant identifié au héros.

Jessica rejoint l’équipe pour venger la mort de son frère tué par Dhoulmagus. Quant à Angelo, il a l’ordre d’aider notre héros et ses compagnons qui ont sauvé le chef des templiers de Dhoulmagus.

Après de nombreuses péripéties, l’équipe rattrape le bouffon et le tue. Malheureusement, la malédiction sur Trode et sa fille ne disparaît pas, de plus Jessica devient introuvable. L’équipe, composée alors de trois membres actifs, retrouve Jessica tentant d’assassiner un jeune homme : elle semble possédée. Après l’avoir affrontée, (ce qui lui fait reprendre ses esprits) le groupe s’aperçoit qu’un démon enfermé dans le sceptre, possède celui qui le touche. La course poursuite continue puisqu’un chien l’a ramassé… L’équipe découvre que ce démon nommé Rhapthorne a été emprisonné par sept sages il y a des centaines d’années. Rhapthorne veut tuer tous les descendants des sages pour s’évader et faire régner la terreur. Malgré les efforts de l’équipe, le démon parvient à satisfaire son désir, et prend la forme d’un gigantesque monstre.

Le jeu se termine lorsque le héros et ses compagnons tuent Rhapthorne, la malédiction s’arrête, et le monde est soulagé d’un terrible mal. Le joueur a la possibilité de retourner dans le passé, peu avant la défaite de Rhapthorne, pour effectuer des quêtes optionnelles, et notamment en apprendre plus sur ses origines avec les missions dragoviennes.

Comme déjà vu de très nombreuses fois déjà dans cette rubrique, Akira Toriyama participe depuis le début à la série Dragon Quest sur les illustrations, monstres, personnages.

Le site officiel de Dragon Ball nous montre ici la box art. L’image nous montre les héros en train de gravir une colline. Sur la tête du héros, nous trouvons une petite créature : celle-ci avait été conçue avec désinvolture par le maître Toriyama dans le seul but de montrer la nature douce du personnage, mais elle était si appréciée qu’elle a été définitivement introduite dans l’histoire.

Dragon Quest VIII
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – DQVIII

Dragon Quest VIII : L’Odyssée du roi maudit est sorti en 2004 au Japon, en 2005 en Amérique du Nord et en 2006 en Europe. C’est le premier épisode intégralement en 3D de la série Dragon Quest.

Square Enix sort le jeu sur iOS et Android le 12 décembre 2013 au Japon et le 28 mai 2014 en Amérique du Nord et en Europe, ainsi que sur Nintendo 3DS le 27 août 2015 au Japon et le 20 janvier 2017 en Amérique du Nord et en Europe.

Il existe une préquelle dénommée Dragon Quest: Shōnen Yangus to Fushigi no Dungeon, sortie en 2006 uniquement au Japon.

 

28 novembre 2019 – Pink

Le post du 28 novembre nous ramène au 23 octobre 1982 avec la parution au Japon du numéro de décembre 1982 du Fresh Jump. Celui-ci contenait la nouvelle Pink (ピンク). Avec seulement 31 pages, le chapitre nous parle de Pink : une jeune fille qui vit avec le monstre Black et le robot White dans un village du désert aride où il ne pleut plus depuis des mois et des mois. Profitant de la situation, la Silver Company obtient le monopole total de l’eau et met les réservoirs en vente à des prix exorbitants, forçant ainsi Pink à devenir une voleuse et à attaquer les fourgonnettes.

Dans cette seconde mise à jour dédiée, le site officiel nous montre les pages d’introduction du chapitre couleur ; pages laissées exclusives à la publication dans Jump !

Pink
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – Pink

Fresh Jump (フレッシュジャンプ) a été publié entre 1982 et 1989. L’enjeu de ce magazine est d’offrir un espace pour les auteurs émergents, afin de publier leur one-shot, pour les faire connaître mais il accueille également des auteurs de renom pour des projets parallèles. Par ces derniers, Akira Toriyama publia Pink (ピ ン ク) dans le numéro de décembre 1982, un one-shot de 31 pages. “Pink, Les pirates de la pluie”, est l’histoire d’une jeune fille qui vit dans une cité éloignée. Il n’y pleut plus depuis plus d’un an. La société “Silver Company”, dirigée par un requin, y vend, a prix d’or, l’eau devenue si rare. Pink aidée de Black, un petit dinosaure, passe son temps à attaquer les convoie d’eau de la Silver Company. La Silver Company contacte la police et c’est ainsi que l’agent Bleu Nuit commence son enquête. Le beau shérif et la jolie voleuse font finalement équipe et délivre le Diable de l’Orage (que l’on aperçoit également dans Dr Slump) que la Silver Company avait séquestré pour augmenter le rendement de son business.

Suite à sa publication dans le Fresh Jump, Pink a également été sélectionné pour être dans le second volume du « Monde de Toriyama » de 1988 puis dans le second volume également de « Akira Toriyama – Menu à la Carte » de 2008. En France, ce one-shot a été publié dans « Histoires Courtes d’Akira Toriyama Volume 2 » en 1998. “Pink” sera adapté en anime au cinéma dans une “Toeï Anime Fair” spéciale, rebatisée pour l’occasion “Akira Toriyama – The World” en juillet 1990. Trois moyen métrage y seront diffusés : “Dragon Ball Z – Ultimate Decisive Battle for Earth”, “Pink – Water Bandit, Rain Bandit” et “Kennosuke-sama” Littéralement “Foire Animée de la Toeï”, ce spectacle propose deux fois par an trois anime différents d’une durée de cinquante minutes environs par film. Un bon nombre d’adaptation de mangas de Toriyama y serons diffusés.

 

29 novembre 2019 – Dragon Quest

Le post du 29 novembre nous ramène en 1986, année qui marqua les débuts de la formidable franchise Dragon Quest. Il s’agit d’une série de jeux vidéo publiés par Enix puis Square Enix, réalisés le plus souvent sous forme de RPG en solo. Tous ces jeux nous ont amené à porter le costume du héros et de voyager dans divers mondes fantastiques afin de délivrer le monde de ses principales menaces. Une franchise à la base très simple mais qui a influencé des mastodontes comme Final Fantasy et en a fait l’un des genres du jeux vidéo les plus populaires.

Comme déjà vu de très nombreuses fois déjà dans cette rubrique, Akira Toriyama participe depuis le début à la série Dragon Quest sur les illustrations, monstres, personnages.

Parmi tous ceux-là, il existe Dracky (ドラキー, Dorakī) : un monstre volant avec des caractéristiques similaires à celles d’une chauve-souris, mais avec un visage souriant et gentil. Bien qu’inspirés du dessin et du nom du légendaire comte Dracula, les Drackys sont en réalité assez maladroits, stupides et faibles. Néanmoins, cette caractéristique très tendre les rend incroyablement populaires auprès des joueurs, les incitant à figurer dans pratiquement tous les jeux de la marque et à devenir la première mascotte de la catégorie des monstres volants.

Dragon Quest
Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – Semaine du 25 novembre au 1er décembre 2019 – DQ

 

Remerciements: teamsaiyajin.it

Laisser un commentaire

Top