Vous êtes ici
Accueil > Actualité Geek > Manga Chronicle Manga – Dimension W

Manga Chronicle Manga – Dimension W

Si le fantasme héroïque frappe la marque en shonens, SF est plus souvent laissé de côté, mais pour les fans du genre, il y a encore quelques pépites, et Dimension W en fait partie!
Avec 16 volumes au compteur, le titre a commencé au Japon en 2012 et a atteint la France en 2014 via Ki-oon.
Nous trouvons Yuji Iwahara déjà connu en France pour des titres plus courts comme Le roi des ronces, Nekoten ou Darker than Black!
Vraiment surprenant, le titre nous emmènera dans un voyage dans un monde futuriste où la technologie domine et où tout le monde sait que d’autres dimensions existent … Un voyage étonnant qui a ce qu’il faut pour attirer le plus grand nombre!

Nous sommes dans un avenir pas si lointain qu’en 2072, les humains ont domestiqué une nouvelle forme d’énergie qu’ils puisent dans une dimension découverte récemment, la dimension W. Cette énergie presque inépuisable alimente les bobines, de petits disques d’énergie électromagnétique offrant des capacités incroyables, mais pour une utilisation limitée et contrôlée. Dans ce monde futuriste vit Kyoma, marginalisé refusant tout progrès technologique et vivant toujours dans le passé, utilisant de vieux véhicules, des armes blanches et certainement pas des bobines. Notre héros d’une autre époque est un récupérateur, un nouveau type de chasseur de primes traquant des bobines illégales.
Au cours d’une de ses missions, il rencontrera une jeune fille en difficulté dont il n’est pas concerné. Mais la fille n’est pas ce qu’elle semble être, elle semble être un robot … si dans cet avenir on le retrouve régulièrement, comment un robot pourrait-il ressentir des émotions? Mira, puisque c’est son nom, nous réserve de nombreuses surprises.
Et c’est ensemble, et malgré leurs différences qu’ils vivront des aventures incroyables, les plongeant dans des complots qui les dépassent …

On plonge très vite dans une atmosphère connue mais appréciée, un avenir pas trop éloigné avec les nouvelles technologies mais avec des repères rassurants malgré tout, où le vieux monde n’a pas encore complètement disparu, comme Kyoma. Très vite aussi on pense à Cowboy Bebop, pour l’ambiance mais aussi pour l’attitude de ce personnage qui rappelle celui de Spike, exemple de “cool attitude”.
L’auteur nous emmène sur un thème déjà connu, la relation de l’homme avec la machine, et immédiatement on devine un fort potentiel avec toutes les questions qui apparaissent dès le début de la série; des questions qui ne resteront pas sans réponse, tous les mystères (nombreux et passionnants) seront résolus avant la fin de la série, ne laissant pas le lecteur perdu.

Tout au long de la série, nous suivrons ce qui constitue l’un des principaux intérêts de ce titre: la relation entre les deux personnages principaux, qui évoque évidemment l’opposition entre l’homme et la machine, le passé et l’avenir, les bonnes vieilles méthodes et technologies!
Kyoma, cool et chic, à la fois charismatique et intrigant en vivant dans le passé mais dans cet univers cet aspect rétro le place aussi du côté du ringard. De l’autre côté, nous avons Mira, une fille assez naïve qui se révèle être un robot. Bien qu’elle soit pleinement consciente de son état, elle éprouve des émotions, ce qui compliquera nécessairement les choses. Et pourtant, il ne peut pas cacher le fait qu’il s’agit d’un robot, il a une queue métallique, qui est similaire aux antennes, et a une force surhumaine … et pourtant il est très rapidement attrayant et ressent en elle un besoin de protection ( le paradoxe étant qu’elle est plus puissante que sa protectrice).
Mais ils seront nombreux à graviter autour d’eux, alliés comme ennemis, tous un peu excentriques et tous avec des choses à cacher!

Mais en plus de ses personnages construits et attachants, le titre possède de nombreuses autres qualités, à commencer par un univers déjà riche et intrigant, mais aussi complexe et exigeant; l’auteur à partir de bases scientifiques et de personnalités connues qui parlent à tout le monde (ou devraient parler à tout le monde). En particulier, il ouvre son histoire en évoquant Nikola Tesla, qui est définitivement dans le monde des histoires de science-fiction depuis quelques années.
Quant à cette étrange dimension W, elle renvoie directement à nos trois dimensions connues, baptisées de façon très sexy les dimensions X, Y et Z. Nous partons donc de bases concrètes pour donner plus de substance à cette histoire, pour lui donner plus de crédibilité, et ça marche à merveille!

Tout au long de l’histoire, et tout au long des seize volumes qui composent la série, celui-ci va nous intriguer, nous surprendre, nous fasciner, via des personnages forts et attachants, via des mystères qui ne resteront pas sans réponse et aussi via une mise à jour. énergique et dynamique
Quant aux graphismes, on reconnaît facilement le travail de l’auteur, la ligne est fine et nette. La mise en page est nerveuse et intelligente, et surtout elle est claire, l’action est lisible ce qui ne semble pas si évident quand on regarde le travail de certains de ses collègues.

Un conte vraiment fascinant qui nous conduira à une conclusion sans fausse note, à la fois surprenante et touchante!
Une série à lire absolument par un auteur que l’on espère revoir très rapidement!

Laisser un commentaire

Top