Vous êtes ici
Accueil > Actualité Geek > En Chine, pour souscrire à un abonnement téléphonique, scanner son visage devient obligatoire

En Chine, pour souscrire à un abonnement téléphonique, scanner son visage devient obligatoire

Souscrire à un abonnement téléphonique et/ou Internet anonymement n’est désormais plus une possibilité en Chine. La politique de surveillance généralisée du pays s’accentue ainsi davantage.

Les Chinois devront scanner leur visage pour souscrire à un abonnement téléphonique.

A partir du 1er décembre 2019, chaque citoyen chinois doit obligatoirement passer par ces étapes pour souscrire à un abonnement téléphonique et Internet : transmettre une pièce d’identité, une photo et accepter que son visage soit entièrement scanné. Pour le gouvernement chinois, l’objectif premier de cette mesure est de lutter contre les fraudes mais aussi de connaître l’identité réelle de chaque personne dotée d’un smartphone ou surfant sur le web dans le pays. D’après Jeffrey Ding, un chercheur en intelligence artificielle de l’université d’Oxford interrogé par BBC News, la Chine voudrait ainsi non seulement « booster la cybersécurité du pays » mais aurait aussi pour ambition de continuer à « garder un œil sur tout le monde ». Rien, en effet, n’est clair concernant l’utilisation des données dans le cadre de cette mesure : les visages scannés pourraient donc très bien être conservés dans une base de données, même après l’arrêt d’un abonnement.

La Chine n’en est évidemment pas à son premier essai vers la surveillance généralisée de ses citoyens. Grâce à cette surveillance,  le gouvernement est parvenu à instaurer, le mois dernier,un couvre-feu automatique pour interdire au moins de 18 ans de jouer à des jeux-vidéo en ligne durant la nuit. Et elle ne compte pas s’arrêter là : en 2020, la Chine veut installer jusqu’à 400 millions de caméras de surveillance à travers le pays, déjà au nombre de 170 millions. Le pays a aussi récemment mis en place un système de « crédit social », via lequel chaque citoyen est classé. L’idée est d’enrichir une gigantesque base de données nationales où chaque citoyen est connu d’un point de vue fiscal et social par le gouvernement.

Laisser un commentaire

Top