Vous êtes ici
Accueil > Actualité Geek > Des chercheurs pensent savoir ce que les statues de l’Île de Pâques représentaient

Des chercheurs pensent savoir ce que les statues de l’Île de Pâques représentaient

Les statues de l’Île de Pâques auraient servis de vaisseaux de fertilité agricole pour les Rapanuis, l’ancien peuple autochtone de l’île. Preuves (chimiques) à l’appui, dans une nouvelle étude scientifique.

Les statues de l'île de pâques.

Près d’un millier de mégalithes sculptés à forme humaine de plusieurs mètres de haut, au milieu de l’océan Pacifique : les mystérieuses statues de l’Île de Pâques (Rapa Nui) sont intrigantes en diable. Pendant des décennies, archéologues et autres chercheurs ont tenté de percer leurs secrets et leur raison d’être. Une nouvelle étude, publiée dans le Journal of Archaeological Science, tend à valider l’une de ces théories : les « moai » seraient un symbole de fertilité. Des chercheurs américains, néo-zélandais et chiliens ont en effet relevé puis analysé des échantillons de sol provenant de Rano Raraku. Cet endroit de l’île, situé dans le cratère d’un ancien volcan, est considéré comme une ancienne carrière de pierre. Plus de 90% des statues seraient originaires de cette carrière de roches volcaniques. Près de 400 moai ont même été érigés à l’intérieur du cratère. Son sol n’est pas seulement riche en minéraux magmatiques mais aussi en calcium et en phosphore, éléments chimiques essentiels à la composition d’un sol fertile et utile à la croissance de ressources alimentaires végétales. Dans certains échantillons, les chercheurs ont identifié des traces d’anciennes récoltes agricoles de banane, de patate douce, de taro et de mûrier de Chine.

Selon les chercheurs, les Rapanuis exploitaient le site de Rano Raraku, aussi bien comme carrière de pierre que comme zone d’horticulture. « Le sol de Rano Raraku devait être d’une valeur inestimable (pour eux), estiment les auteurs de l’étude. Ce sol devait être transporté vers d’autres régions de l’île pour les fertiliser. » Leur moyen de transport ? Peut-être les statues elles-mêmes, porteuses de la terre fertile ! « Les moai étaient au centre de l’idée de fertilité et les Rapanuis pensaient que leur présence stimulait la production agricole », théorise l’une de ces derniers, Jo Anne Van Tilburg, de l’université de Californie à Los Angeles. Autrement dit, l’ancien peuple autochtone de l’Île de Pâques conférait aux statues un réel pouvoir, correspondant à la fertilité particulière du sol de Rano Raraku. Et pour le transmettre et rendre fertile d’autres régions de l’île, ils y érigeraient des statues issues de l’ancien cratère. Enfin, pour conserver le pouvoir fertilisateur du site d’origine, ils auraient installé d’autres statues sur place. Quant à savoir si l’idée des Rapanuis avait fonctionné au delà de leur simple croyance, le mystère demeure.

Laisser un commentaire

Top